ACI et l’affichage sur le MLS par un particulier
Vente

L’Association canadienne de l’immeuble (ACI) sème la confusion

L’inscription de propriétés à la carte sur le MLS? Pas au Québec! Le mois dernier, le Bureau de la concurrence et l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) en sont parvenus à une entente, afin de permettre aux courtiers immobiliers d’offrir uniquement l’affichage sur le MLS aux clients qui le désirent. Cependant, la réalité est tout autre au Québec.

En effet, la loi québécoise, qui interdit ce genre de pratique en vertu d’un code déontologique, n’est aucunement modifiée par cette entente, obligeant ainsi les courtiers québécois à continuer d’encadrer les consommateurs du début à la fin du processus de vente.

Cette exception sème la confusion, autant chez les courtiers que chez les consommateurs. C’est pourquoi le Réseau des courtiers immobiliers indépendants du Québec (RCIIQ) a déposé la semaine dernière une pétition signée par près d’un millier de courtiers; ils demandent à la Fédération des chambres immobilières du Québec ainsi qu’à l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier au Québec (OACIQ) de s’unir afin d’informer la population et mettre les choses au clair.

«De nombreux courtiers immobiliers, partout au Québec, reçoivent des demandes de consommateurs qui veulent inscrire leur propriété au système MLS pour 1000 $ ou moins. Ils ne comprennent pas qu’il est impossible, au Québec, de faire comme ont souligné certains reportages au cours des dernières semaines», a expliqué Yvon Poirier, président du RCIIQ.

Rappelons que le Bureau de la concurrence avait demandé le mois dernier à l’ACI de modifier ses règlements afin que ses membres, les courtiers immobiliers, puissent offrir à leurs clients des options de services et de tarification plus flexibles. Cette mesure d’une durée de 10 ans a pour but d’assurer que le marché immobilier demeure concurrentiel.

Pour plus d’informations je vous invite à consulter le site de l’ACI: http://www.crea.ca/fr/

Ghislain Larochelle

 



Décharge légale