Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre gratuite sur l'immobilier paraissant aux 2 semaines.

Incendie : Votre immeuble est-il à risque?
Immeubles à revenus Incendie

Au Québec, il survient environ un incendie toutes les 30 minutes, soit une moyenne de 18 500 incendies par année. Voici trois stratégies pour éviter que ce genre d’incident n’affecte vos immeubles. 

1- Faire de la prévention

La cause la plus fréquente d’incendie est l’erreur humaine, soit environ le quart de tous les feux déclarés. Il est donc important de conscientiser vos locataires quant à ce danger bien réel.

De simples oublis peuvent avoir des conséquences désastreuses non seulement sur votre investissement, mais aussi sur la vie de vos locataires. Un filtre de sécheuse encrassé, un rond de poêle oublié, une prise électrique surchargée ou encore un locataire qui s’endort cigarette au bec peuvent être la source de flammes voraces et destructrices. Saviez-vous que près de 30 % des incendies débutent dans la cuisine ?

Une manière simple et efficace de conscientiser vos locataires est d’en parler avec eux, et si possible de toucher une corde sensible. Afin d’accentuer l’effet de votre intervention, vous pouvez leur décrire un incendie passé qui vous a personnellement affecté.

Par exemple :

« Mon cousin a perdu son fils dans un incendie. Je souhaite de tout cœur que nous n’ayons jamais à vivre cette situation. »

Ou encore :

« Un ami propriétaire d’un immeuble semblable au mien a connu un gros incendie. C’était terriblement triste de voir ces familles tout perdre en une seule nuit. »

2- Opter pour de l’équipement approprié

Le Code de sécurité de la Régie du bâtiment du Québec prévoit plusieurs normes qui s’appliquent directement aux immeubles à logement. En tant que propriétaire, il est de votre devoir de vous y conformer. Il est notamment question d’établir un plan et une procédure d’évacuation, de maintenir en bon état (et d’inspecter au minimum une fois par année) votre système d’alarme incendie, ainsi que de renseigner les occupants sur la marche à suivre en cas d’urgence.

Au terme de dix ans, il faudra remplacer vos avertisseurs de fumée. Votre immeuble doit également être doté de séparation coupe-feu, d’un système d’éclairage de sécurité. (D’une autonomie d’au moins 30 minutes) De plus, les immeubles construits à partir d’octobre 2011 doivent être équipés d’un réseau avertisseur d’incendie conforme au Code de construction du Québec.

Aussi, veillez à disposer sur tous les étages d’extincteurs fonctionnels. L’installation de gicleurs automatiques peut également être une option à envisager.

Ultimement, il peut être pertinent de remplacer un panneau à fusible par des disjoncteurs.

3- Bien configurer votre immeuble

Il existe plusieurs manières d’optimiser un immeuble afin d’y minimiser les risques d’incendie.

D’abord, le mur coupe-feu doit être étanche. Faites attention aux ouvertures, par où pourraient se propager les flammes, notamment dans le comble (entretoit). Colmatez les brèches au besoin. De plus, si vous disposez de portes coupe-feu, celles-ci doivent demeurer fermées, sauf en cas de force majeure.

Il est également prudent de recouvrir tout isolant rigide tel que la mousse d’uréthane. Au contact des flammes, ces matériaux peuvent alimenter l’incendie.

Enfin, il est beaucoup plus sage d’éviter d’entreposer à l’intérieur de l’immeuble des bombonnes de gaz combustible, tel le propane. En cas d’incendie, ces dernières peuvent se transformer en véritables bombes à retardement !

FacebookLinkedInTwitterGoogle+