Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre gratuite sur l'immobilier paraissant à chaque jour.

Mactar Mbaye – L’histoire de ses débuts & comment vous aussi vous pouvez y arriver
Des réussites qui pourraient être les vôtres

S’il y a deux choses dont ne manque pas Mactar Mbaye, c’est d’entrepreneuriat et d’enthousiasme. À seulement 26 ans, le jeune diplômé du coaching Immofacile a mis la barre haute dans le domaine de l’investissement immobilier. Et plus tôt que tard, il pourrait la décrocher !

Mactar Mbaye est le cinquième enfant d’une grande famille de neuf enfants. Ses parents achètent leur première maison alors que le jeune Mactar était âgé de 5 ans. Son père entreprend alors de rénover le sous-sol pour le transformer en chambres, afin de répondre aux besoins de la fratrie. Le jeune Mactar assiste à la transformation du sous-sol, du début à la fin. Dès lors, il est totalement fasciné. C’est à ce moment précis que naît sa passion pour l’immobilier.

Le père de Mactar, qui est un entrepreneur dans l’âme, inculque à ses enfants les bases de l’entrepreneuriat. Ainsi, pour avoir de l’argent pour leurs sorties entre amis ou leurs tournois de basketball, Mactar et ses frères vendent quelques marchandises données par leur père au marché aux puces. Ces expériences lui permettent d’apprendre quelque chose qui lui servira tout au long de son parcours : l’art de vendre et de se vendre.

Son idée de faire de l’immobilier se consolide alors qu’il est âgé de 12 ans et qu’il passait les journaux, un samedi après-midi dans le quartier Fontainebleau à Blainville. « J’y ai vue l’une des plus belle maison de ma vie, » se souvient-il. « Le propriétaire était dans l’entré avec sa famille et je suis allé le voir pour lui poser cette question : Comment avez-vous fait pour avoir une si belle maison ? Il m’a répondu : ici au Québec pour faire de l’argent, Tu dois être soit dans l’immobilier ou dans la construction ! J’achète des maisons, je les rénoves et je les revends. »

Le meilleur refus de sa vie

Lors de ses années d’étude au Collège de Montmorency, Mactar Mbaye joue dans l’équipe de basketball. Or, il se rend compte qu’il ne jouera pas dans la NBA. Il se pose alors la question : « qu’est-ce que je veux faire de ma vie ? Qu’est-ce que je veux faire de mes passions ? » La réponse : la rénovation de maison et le design.

Il décide alors de s’inscrire en architecture. Mais là encore, la vie lui refuse ce chemin. Toutefois, le refus est salutaire. Il troque l’architecture pour l’estimation et l’évaluation des bâtiments, soit un secteur en très forte demande. Rapidement, il crée sa première compagnie d’estimation de construction avec quelques amis. Le temps passe, et Mactar devient le seul actionnaire de son entreprise. Il parvient à la faire croître petit à petit et sollicite l’aide d’un de ses frères plus âgés pour amener la compagnie à un autre niveau.

Son entreprise fonctionne bien, mais Mactar en veut plus : il a envie de faire de l’investissement immobilier. Impatient d’investir, mais n’ayant pas l’argent pour réaliser un premier flip, il prépare une présentation et propose un partenariat avec l’un de ses premiers clients. Celui-ci est tout de suite convaincu et embarque avec lui. Ils créent alors leur corporation, la SMGM Capital.

Premier flip, premier flop ?

Après avoir suivi le coaching Immofacile et plusieurs prospections, Mactar décroche son premier deal : une maison payée 200 000 $. La perspective de profit semble intéressante, mais en cours de route, Mactar se rend compte qu’il a mal estimé les frais de rénovation ainsi que la valeur de revente.

Le prix de revente envisagé devait se situer entre 260 000 $ et 290 000 $. Or, après avoir investi 71 000 $ dans le projet, Mactar craint que le profit escompté ne soit pas entièrement au rendez-vous. Au moment de la revente, il fait donc appel à un courtier qui, voyant la maison, propose de l’inscrire au prix de 300 000 $. Mactar, qui n’est pas tout à fait convaincu, tente le coup. Qui ne tente rien n’a rien, après tout. La journée même où son courtier met la maison sur le marché, ils reçoivent une proposition de vente de 303 000 $, qu’ils acceptent immédiatement.

Bien qu’il ait douté un instant de ses chances de profit, Mactar a mené son projet jusqu’à la fin et s’en est sorti avec un très beau premier profit de 32 000 $.

Processus, détermination et motivation

Aujourd’hui, Mactar n’en est qu’à ses débuts dans le merveilleux monde de l’investissement immobilier. Cependant, il a déjà beaucoup à partager ! Voici les trois piliers qui font de lui un investisseur à succès :

1- Le processus. Le processus est aussi important que le résultat final. C’est pourquoi le jeune investisseur partage à travers ses vidéos le processus entourant ses projets. Voici d’ailleurs un de ses derniers tournages, où je me suis prêté au jeu, dans cette réédition du film anthologique « Le parrain » :

2- La détermination. Peu importe ce qui arrive dans la vie, vous êtes capable de réaliser vos objectifs en gardant le focus. Mactar en est la preuve vivante !

3- La motivation. Depuis son tout jeune âge, Mactar Mbaye s’est inspiré de plusieurs personnes qui ont su le motiver. Le coaching Immofacile, qui lui a permis de s’orienter par rapport à ce qu’il faisait, lui a aussi permis de rencontrer des coachs et d’autres investisseurs qui ont eu sur lui un effet motivateur décisif. À son tour, il souhaite aujourd’hui inspirer d’autres personnes à se lancer vers leurs objectifs.

 

FacebookLinkedInTwitter