Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre gratuite sur l'immobilier paraissant à chaque jour.

7 erreurs à éviter lors d’un emprunt en immobilier
Non classé

Un emprunt en immobilier, que ce soit pour son entreprise ou à titre personnel, ce n’est pas toujours facile. La plupart des personnes appréhendent la chose comme étant un processus difficile, inconfortable et frustrant. Voici les 7 erreurs à éviter lorsque vous empruntez pour votre entreprise.

Erreur #1 : Emprunter trop tard

La première erreur souvent commise est celle d’emprunter trop tard. Malheureusement, le banquier y voit une réticence à faire affaire avec une institution bancaire.

Le bon moment pour emprunter n’est jamais lorsque l’entreprise se trouve au bord du gouffre. La banque évalue le risque qu’elle prend et détermine votre capacité à rembourser le prêt et à gérer les finances de votre entreprise.

Ainsi, il faut privilégier l’option du prêt bancaire et non en celle de prendre de l’argent sur votre propre compte ou celui de votre entreprise. En gardant votre valeur personnelle élevée, vous multipliez vos chances d’obtenir un prêt.

Erreur #2 : Emprunter trop peu

En termes d’immobilier par exemple, l’acquisition d’un immeuble implique un certain nombre de dépenses qu’il est important d’inclure dans le financement : aménagement, améliorations locatives, déménagement, réparations en tous genres (toit, plomberie…).

Il est primordial d’inclure toutes ces dépenses supplémentaires ! Dans l’immobilier par exemple, si vous vous limitez au prix d’achat ou à la balance, vous risquez de manquer d’argent au beau milieu et de mettre votre entreprise en danger. Ainsi, veillez à incorporer tous les frais dans le montant de votre financement.

Erreur #3 : Mettre trop l’accent sur le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt est déterminant dans le choix d’une banque et il varie d’une banque à l’autre. Mais un taux d’intérêt bas est-il nécessairement plus intéressant ? Le taux le moins élevé est souvent le plus intéressant.

Les banques proposant un taux d’intérêt un peu plus élevé sont généralement plus flexibles, notamment sur les paiements de capital. Vous pouvez disposer d’un congé de capital de 6 ou 12 mois, ce qui permettra à l’entreprise de reprendre son souffle, notamment en ce qui concerne le paiement des frais inhérents à l’acquisition d’une nouvelle bâtisse, par exemple.

Erreur #4 : Vouloir rembourser trop vite

S’il est possible d’échelonner le remboursement sur 25 ans, pourquoi ne pas profiter de cette chance ?

À l’inverse, si un entrepreneur veut rembourser de façon prématurée son financement, il y a de fortes chances qu’il ait à prendre les liquidités de son entreprise.

Dans le cas d’achat d’immeubles, le financement à long terme est à privilégier. L’entreprise peut ainsi rentabiliser le taux d’intérêt. Vous serez ainsi en mesure de vous dégager une certaine solidité financière pour continuer les opérations courantes.

Erreur #5 : Ne pas garder ses finances en ordre

Sans nécessairement se plonger dans la tenue de livres ou dans les détails des comptes, il est important d’avoir au moins une vision globale des chiffres. Si vous n’êtes pas capable de donner une information claire et correcte à votre banquier, il y va de votre crédibilité. Vos chances d’obtenir un financement seront réduites.

Dans le doute, sollicitez l’aide d’un comptable. Mettez en place un tableau de bord et un suivi des performances de vos immeubles ; vous éviterez ainsi les pertes.

Erreur #6 : Faire une présentation médiocre à son banquier

Votre banquier ne vous connaît pas ou très peu. Il ne travaille pas dans votre entreprise et ne connaît pas votre manière de travailler. Autrement dit, votre projet doit le séduire. Vous devez être en mesure de le convaincre, de lui expliquer clairement pourquoi vous avez besoin de cet argent et à quoi il va servir, et de lui donner un aperçu de la situation de votre entreprise dans le futur. Votre speech autant que vos calculs doivent être maîtrisés. Pratiquez-vous !

Erreur #7 : Dépendre d’un seul prêteur

En immobilier, il est primordial de diversifier au maximum vos partenaires. C’est aussi vrai pour vos partenaires financiers. Évitez de dépendre d’un seul créancier.

Vous pouvez choisir une banque en tant que prêteur à court terme et l’autre à long terme. Par ailleurs, il est possible que l’une ait une certaine influence sur la crédibilité de votre projet et constitue un paramètre pour que l’autre embarque également dans votre business.

FacebookLinkedInTwitter