Quelle est la différence entre un prêteur type B et de type A ?

Devrais-je utiliser un prêteur type B  pour mon achat? Avant de faire l’acquisition d’un bien immobilier, la question du financement se pose.

Quelle est la différence entre un prêteur de type B et de type A ?

Pour beaucoup, souscrire à un prêt semble être la solution idéale. Mais il faut savoir qu’il existe principalement deux types de prêts, ou plus exactetement 2 types de prêteur.

 

La plupart du temps ce sont des banques, mais elles n’acceptent pas toutes de vous accorder un prêt, surtout si votre historique est loin d’être flatteur pour vous (retards de paiement, mauvaise cote de crédit et défaut de paiement). L’emprunteur que vous êtes est souvent confronté à une double figure, que nous appellerons type de prêt A et type de prêt B.

Le prêt A est le plus commun des prêts hypothécaires. Il concerne les personnes dont le rapport de crédit est acceptable aux yeux de la banque, et qui remplissent aussi les critères très sélectifs de ces dernières. C’est le profil de la majorité des emprunteurs. Lorsque vous correspondez à ce type A, vous n’avez aucun mal à vous obtenir du financement ou presque. Les banques vous accueillent à bras ouverts. Le prêteur qui vous accorde ce prêt est naturellement un établissement financier, souvent une banque, tout ce qu’il y a de plus commun. Comme je l’ai mentionné précédemment, le principal inconvénient du prêt A réside dans le fait que les critères des banques soient très stricts. Le simple fait d’avoir subi une faillite, ou encore d’être un nouvel arrivant, ou simplement d’être un travailleur autonome sans preuve de revenus fixes, constitue un motif de disqualification de votre dossier auprès des prêteurs de type A. Il est donc normal que des milliers de personnes se tournent vers les marchés alternatifs, dans l’espoir d’obtenir un prêt, surtout en temps de crise.

Le prêt B ou le prêteur type B, au contraire, est un prêt destiné aux personnes qui se sont vues refuser un prêt hypothécaire normal (prêt A), car leur rapport de crédit est loin de correspondre aux critères de la banque pour diverses raisons (faillite, défauts de paiements, etc.). Dans ce cas, l’emprunteur se voit dans l’obligation de se financer sur un circuit autre que celui du prêt A. Le principal avantage du prêt B est qu’en général un prêteur type B (souvent un prêteur privé) est plus tolérant et moins pointilleux sur votre note de crédit que le serait un prêteur de type A.

À noter que ce type de crédit présente quelques inconvénients qui peuvent être dissuasifs. En effet, cela vous reviendra plus cher de souscrire à un prêt de type B. Le prêteur B peut vous facturer des frais d’ouverture de dossier pouvant aller jusqu’à 10 % du prêt; les taux d’intérêt sont aussi bien plus élevés que pour un prêt A.

Alors lequel choisir ? Tout dépend de la situation où vous vous trouvez. Si vous répondez à tous les critères de la banque, et que votre rapport de crédit est acceptable, alors de toute évidence, le prêt A est le plus avantageux pour vous, mais lorsque vous êtes en désespoir de cause, du fait que votre rapport de crédit est loin d’être valorisant pour vous, et lorsque vous vous êtes vu refuser un prêt de type A, vous vous trouvez dans l’obligation de souscrire à un prêt B. Mais il ne faut y recourir qu’en dernier recours, car cela reste très risqué d’y souscrire, du fait des taux d’intérêt plus élevés.

 

Ghislain Larochelle

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous mon infolettre gratuite pour les recevoir par courriel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>