Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre gratuite sur l'immobilier paraissant à chaque jour.

Le succès financier de vos enfants passe-t-il par un petit 5$ ?
Infolettre mensuelle Santé financière

Des statistiques prouvent que 85 % de ceux qui gagnent au loto sont plus pauvres au bout de 5 ans qu’ils ne l’étaient avant de gagner le gros lot. Saviez-vous que, si vous n’êtes pas habile à gérer un budget de 5 $, vous ne seriez pas non plus capable de gérer 10 000 $, 100 000 $ ou même un million de dollars? Puisque ces gagnants de loto éprouvaient déjà de la difficulté à administrer leur argent avant, comment peut-on imaginer qu’ils soient capables d’en gérer encore plus? Le meilleur moment pour apprendre, c’est lorsqu’on est jeune. Si vous enseignez à vos enfants à ne pas tout dépenser et à se faire un budget très simple, lorsqu’ils auront de l’argent, ils seront capables de le gérer aussi.

Parler d’argent à vos enfants n’est pas toujours chose facile. Quelle représentation les jeunes ont-ils de l’argent? Doit-on leur donner de l’argent de poche? Comment faire pour leur apprendre des notions telles que l’épargne et la gestion d’un budget? Il incombe aux parents d’encadrer leurs enfants pour qu’ils puissent faire l’apprentissage de l’argent de manière responsable et harmonieuse.

L’attitude à adopter

En premier lieu, on doit changer la façon dont on parle d’argent aux enfants et également à nous-mêmes. Nos croyances fondamentales travaillent pour et contre nous depuis les profondeurs de notre subconscient. Pour la plupart, ces croyances proviennent de notre jeunesse et ne sont plus pertinentes à notre vie actuelle d’adulte. Mais elles sont là… comme des virus informatiques qui n’attendent que d’être activés ou réactivés encore et encore jusqu’à ce que nous choisissions d’y faire le ménage.

On doit éviter toutes les phrases qui peuvent avoir une connotation négative tel que :

  • Il faut travailler dur et souffrir pour gagner de l’argent;
  • Ça prend de l’argent pour gagner de l’argent;
  • L’argent a une mauvaise odeur;
  • L’argent est une source d’inquiétude et d’angoisse;
  • L’argent divise et crée des conflits;
  • Ceux qui ont beaucoup d’argent ont beaucoup de pouvoir et ceux qui ont beaucoup de pouvoir écrasent les petits;
  • Il faut enlever l’argent des riches et la donner aux pauvres;
  • La richesse rend malhonnête;
  • Je dois être pauvre afin d’être humble ou près de Dieu;
  • Les gens riches font leur fortune sur le dos des autres;
  • L’argent ne pousse pas dans les arbres; ou encore
  • Si j’avais une meilleure éducation, je pourrais gagner plus d’argent.

Que vous le croyiez ou non, si vous entretenez ce genre de croyances ou peurs, c’est exactement ce que vous expérimenterez dans votre réalité de tous les jours. Vous vous maintiendrez ainsi loin de l’argent, limiterez vos revenus et alimenterez un cercle vicieux tout en continuant à vous plaindre que vous n’avez pas d’argent! N’enseignez pas ces phrases à vos enfants. Je me permettrai, ici, de vous citer un extrait d’un des livres du Dr Joseph Murphy, auteur du célèbre livre à succès «La puissance de votre subconscient»:

«Toutes les expériences, toutes les conditions dans lesquelles nous nous trouvons, tous les événements de notre vie sont les résultats de la totalité de nos croyances. Toutes nos croyances et toutes nos tendances originelles demeurent en nous et elles ont le pouvoir de se manifester dans notre vie et de l’influencer. Tout ce que vous pensez, sentez et croyez vrai, votre esprit subconscient le matérialisera, qu’il s’agisse de quelque chose de bon ou de mauvais. Par exemple, si vous croyez que le fait de rester près d’un ventilateur va vous donner le torticolis, votre esprit subconscient va faire en sorte qu’en pareil cas vous l’ayez, non pas à cause du ventilateur, mais à cause de votre croyance erronée.»

Gestion du budget d’un enfant

Maintenant, doit-on donner de l’argent de poche à nos enfants? C’est à vous seul de décider. Cependant, une allocation hebdomadaire permet à l’enfant de comprendre l’évolution de la valeur de l’argent dans le temps. Je vais vous donner une technique simple pour aider vos enfants avec la gestion d’un budget. Cette technique fonctionne très bien et je l’utilise avec mes 3 enfants depuis plusieurs années. D’un côté, j’avais mon fils qui ne voulait rien dépenser et tout conserver pour plus tard et à l’inverse, une de mes filles qui dépensait tout ce qui lui passait entre les mains. J’ai trouvé une solution dans l’un des séminaires auquel j’ai participé.

Expliquer à l’enfant que chaque dollar reçu peut être divisé en différentes catégories est important. Voici les catégories que j’utilise avec mes enfants : 5 % pour les Dons, 20 % pour le Plaisir, 40 % pour l’Épargne, 20 % pour les Projets d’achat, 15 % sont l’Instruction. Les pourcentages peuvent varier selon votre situation. Faites une entente avec votre enfant et rendez-le responsable de la subdivision de son argent; c’est un excellent exercice de mathématique, soit dit en passant!

Le montant accordé à la catégorie «Plaisir» est dépensé chaque mois. Ils peuvent le dépenser à leur gré. C’est important de leur laisser cette liberté, ils apprécient beaucoup. Par exemple, mon garçon aime beaucoup s’offrir des barbotines pendant la saison estivale, il utilise donc l’argent de cette catégorie pour s’en acheter. Lorsqu’il a épuisé les ressources de cette catégorie, il sait qu’il doit attendre et ne touchera pas à l’argent des autres catégories. La catégorie «Projets d’achat» sert pour de futurs achats tels un vélo, un lecteur MP3 ou plus tard une auto. La catégorie «Instruction» est utilisée pour l’achat de livres, cours, etc. Chez nous, le partage est une valeur importante, c’est pourquoi nous allouons un pourcentage aux «Dons». De plus, de par ma profession, j’enseigne à mes enfants le pouvoir de l’effet de levier des investissements passifs d’où la catégorie «Épargne».

J’espère que cet article vous a aidé à comprendre que la gestion de nos biens commence dès notre jeune âge. La bonne gestion d’un budget de 5 $ aujourd’hui vous aidera à gérer des millions plus tard.

Je suis intéressé à lire vos commentaires sur cet article, alors n’hésitez pas à me les transmettre.

Ghislain Larochelle

FacebookLinkedInTwitterGoogle+