Courtier immobilier: tout ce qu’il faut savoir à leur sujet!
Infolettre mensuelle

Avez besoin d’un courtier immobilier?

Lors de mes séances de coaching, plusieurs personnes m’ont demandé comment elles peuvent éviter de transiger avec un courtier immobilier et ainsi se réserver davantage de profits. Est-ce une bonne attitude à adopter? Personnellement, je ne crois pas. Il faut s’entourer d’une équipe fiable et non d’essayer de gérer tout, seul. Demandez-vous :

  • Avez-vous beaucoup de temps disponible en semaine?
  • Êtes-vous à l’aise avec la négociation serrée?
  • Connaissez-vous toutes les étapes à suivre lors d’une transaction?
  • Êtes-vous capable d’estimer tout seul la valeur marchande réelle?

À moins que vous ayez répondu oui à toutes ces questions, alors vous avez besoin d’un courtier. Si ça n’a pas suffi à vous convaincre, jetons un coup d’œil du côté monétaire. Supposons que vous n’utilisez pas les services d’un courtier immobilier lors de vos recherches, il est possible que vous achetiez un immeuble par an qui vous rapportera, disons 5 000 $ net. Si vous utilisez un courtier, il va peut-être vous permettre d’en acheter 2 et ainsi vous serez en mesure de doubler votre revenu passif annuel, soit 10 000 $. En travaillant en équipe, on avance plus vite; voici ce que le courtier peut donc faire pour vous aider :

Les avantages d’utiliser les services d’un courtier

Tout d’abord, le courtier immobilier vous accompagne dans cette longue démarche qu’est l’achat ou la vente d’une propriété. Une transaction immobilière comporte plusieurs étapes et le courtier vous guidera au travers de celles-ci pour s’assurer de son bon déroulement. Deux étapes souvent négligées lorsque l’on vend seul : négocier et déterminer le juste prix de la valeur marchande. Ce n’est pas tout le monde qui aime négocier ou se faire négocier.

On voit aussi souvent des maisons à vendre sur les petites annonces avec des prix demandés qui sont exorbitants ou trop bas. En ayant un prix trop élevé, on «brûle» la maison et elle prendra beaucoup plus de temps à se vendre en ayant mal estimé le prix au départ. Un des gros avantages du courtier immobilier est que si vous êtes acheteur, cela ne vous coûtera rien pour obtenir les services d’un courtier immobilier. Pourquoi s’en passer, c’est gratuit! C’est le vendeur qui paie les frais.

Dans le même ordre d’idées, réaliser une transaction immobilière n’est pas si simple surtout lorsqu’elle s’échelonne sur des semaines, voire des mois. Le courtier immobilier vous simplifie cette tâche complexe soit en s’assurant de la conformité des documents, en trouvant de potentiels acheteurs/vendeurs, en négociant votre propriété à son juste prix, etc. Faire affaire avec un courtier immobilier diminue ainsi les risques d’erreurs reliés à la complexité de la tâche. Au Québec, environ seulement 35 % des propriétés sont vendues sans l’intermédiaire d’un courtier immobilier, selon un sondage mené pour la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Par ailleurs, le travail du courtier immobilier est règlementé par l’Organisme d’Autoréglementation du Courtage Immobilier du Québec (OACIQ). En utilisant un courtier immobilier, il vous protège par la Loi sur le courtage immobilier du Québec qui vous indemnise si vous êtes victime d’une fraude ou d’un vice caché.

Comment s’allie-t-on d’un bon courtier?

Vous l’aurez deviné, tous les courtiers immobiliers ne se ressemblent pas. La meilleure méthode pour trouver un bon courtier est par référencement de quelqu’un qui a conclu une transaction satisfaisante avec celui-ci. Ainsi, vous trouvez un courtier potentiel, mais il est important d’avoir toutes les informations en main avant de poser votre choix. Posez-lui donc ces cinq questions pour évaluer s’il vous convient réellement: 

1) Qu’est-ce qui vous distingue des autres? Qu’est-ce qui fait que je devrais utiliser vos services plutôt que ceux d’un autre? Il y a dix ans, le marché immobilier n’était pas aussi instable et imprévisible que présentement. Le courtier, pour sa part, possède certaines stratégies de mise en marché qui mettront en valeur votre maison afin qu’elle offre une caractéristique de plus en comparaison aux habitations semblables. Bien vérifier les points forts et les efforts que chacun des courtiers contactés fait en publicité et choisir celui qui fera en sorte de vendre votre propriété le plus rapidement.

2) Quelles propriétés votre entreprise a-t-elle vendues dans mon secteur? Les courtiers devraient être en mesure de vous fournir une liste exhaustive de leurs ventes et des ventes comparables dans votre quartier. Si vous voulez vendre un immeuble à Drummondville, de grâce n’utilisez pas un courtier de Montréal. Il y a très peu de chance que ce courtier connaisse à fond votre quartier et puisse vous conseiller efficacement. Un courtier pourra vous répondre que tous les courtiers ont les mêmes outils. Oui, c’est partiellement vrai, mais l’expérience dans le quartier ne se retrouve pas dans un ordinateur.

3) Est-ce que vous avez une garantie de performance? La plupart des courtiers immobiliers désirent un contrat sûr afin de récupérer leur investissement en temps et en argent en vendant votre maison. Cette procédure est tout à fait légitime; qui veut travailler pour rien? Mais est-ce que ce courtier vous offre une garantie en retour? Quelle protection avez-vous, en tant que client, en cas d’imprévu? Il y a des courtiers qui offrent de vous dédommager s’ils ne réussissent pas à vendre votre maison en 90 jours par exemple. Ils vont alors payer le notaire et plusieurs autres frais.

4) En moyenne, quel est le délai pour effectuer la vente d’une de vos inscriptions? Ce courtier vend-il plus rapidement ou plus lentement que la moyenne des courtiers? La réponse à cette question vous indiquera le temps requis pour vendre votre maison et la vitesse de recherche de votre prochaine propriété. Comparez ces données avec les ventes globales des autres courtiers dans votre quartier. Si son score est meilleur que celui de la moyenne, eh bien! C’est le (la) bon(ne)!

5) En moyenne, lors d’une vente, quel est l’écart entre le prix exigé et le prix obtenu? C’est une question à laquelle la plupart des courtiers n’aiment pas répondre. Souvent le client a trop d’attente pour sa maison au départ, alors le courtier n’arrive pas à le convaincre de le réviser à la baisse. Il n’est donc pas responsable à 100 % de cet écart. Le rendement de ce courtier est-il supérieur ou inférieur à la moyenne? Le résultat servira de baromètre pour prédire l’ordre de grandeur du prix que vous obtiendrez pour la vente de votre propriété, votre pourcentage de profit et la direction que devrait prendre votre démarche.

Dites-vous bien que peu importe le courtier immobilier que vous choisirez, le prix de départ est crucial. En 2013, la moyenne du prix de vente d’une maison avec laquelle on a été obligé de baisser le prix fut de 153 jours, tandis que si on a un bon prix au départ, la vente se fait en moyenne en 52 jours. Toute une différence, pensez-y bien!

Ghislain Larochelle



Décharge légale